Que faire quand on vous insulte ?

Vous répliquez toujours séchement à ceux qui vous insultent ? Alors rappelez-vous de ce conte Zen :

"Près de l’ancienne Kyoto vivait un samouraï prestigieux. Relativement âgé, il se consacrait désormais à l’enseignement du bouddhisme zen, mais malgré son âge, on racontait qu’il était encore capable d’affronter n’importe quel jeune combattant.

Un jour, se présenta un fougueux guerrier réputé pour son manque total de scrupules. Il était célèbre pour son art de la provocation, attendant que son adversaire fasse le premier mouvement. Doué d’une attention hors du commun il pouvait ainsi, profitant de l’erreur commise, répliquer avec la vitesse de l’éclair.

Ce jeune et puissant bushi n’avait jamais perdu un combat. Comme il connaissait la réputation du vieux samouraï et sa probité il était venu, résolu à le vaincre et ainsi accroître sa gloire.

Malgré l’opposition de nombre de ces disciples, le vieux maître accepta le défi. Ils se réunirent tous devant le petit monastère et les insultes commencèrent. Le jeune homme cracha au visage du samouraï, lui déversant un flot d’offenses et lui lança des pierres. Pendant de longues minutes il fit tout son possible pour le faire réagir et dégainer son sabre afin de lui porter un coup fatal.

Le vieux moine resta impassible.

A la tombée de la nuit, se sentant épuisé et humilié, l’impétueux bushi se retira. Dépités d’avoir vu le Maître recevoir autant d’insultes, les élèves le questionnèrent :

- Comment avez-vous pu supporter une telle indignité, Maître ? Pourquoi ne pas avoir sorti votre katana et donner une leçon à cet arrogant ? Même si vous deviez être vaincu, ne valait-il pas mieux agir plutôt qu’exhiber votre lâcheté devant nous ?
- Si quelqu’un vous tend un cadeau, demanda le maître, et que vous ne l’acceptiez pas, à qui appartient-il ?

- A celui qui le donne, répondit un des disciples.
- Cela vaut également pour la colère, la haine et les insultes, dit le Maître en souriant, lorsqu’elles ne sont pas acceptées, elles appartiennent toujours à celui qui les porte dans son cœur. "

Source : blog "l'Abreuvoir des dragons."

Aucun commentaire :