Recherche personnalisée

9 questions pour prendre une BONNE décision

L'article du jour a été rédigé par Stéphanie Malavié du site Evolyse Coaching. Il traite d'intelligence décisionnelle. J'espère qu'il vous plaira. 




Souvenez-vous d’une décision que vous avez eu à prendre avec la peur de ne pas savoir quelle décision était la meilleure pour vous ?

Vous vous souvenez ce nœud à l’estomac, parfois la gorge sèche, une angoisse sourde. Combien vous auriez aimé lire l’avenir pour voir si vous alliez prendre la BONNE décision !

L’intelligence décisionnelle est le type d’intelligence qui permet d’organiser nos pensées en prenant en compte les informations de notre environnement sur une situation. Il s’agit alors de réunir ces informations afin de réussir à prendre une bonne décision.

La difficulté commence avec le qualificatif de bonne ou mauvaise décision… je dirais qu’il y a en fait juste des décisions appropriées à un contexte et qui entraînent des conséquences pour vous, votre vie. Si ces conséquences sont positives, la décision était bonne sinon …

Savez-vous que nous prenons de 1500 à 2000 décisions par jour ? C’est énorme mais 95% ne sont pas majeures. Exemple : décider de votre tenue vestimentaire du jour ne va changer la face du monde, ni le cours de votre vie, n’est-ce pas ?

Par contre, il y a des décisions qui vont faire la différence.
Exemples : accepter un job ; m’associer avec telle personne ; aller voir un coach ( !) ; acheter ce logement …

A partir de quoi peut-on dire qu’une décision est intelligente ? Une décision sera intelligente si elle permet d’aboutir à des conséquences positives pour moi. En fait, l’intelligence décisionnelle repose sur 2 piliers : la tête et le cœur.

Dans notre société, nous avons souvent tendance à plus favoriser l’un au détriment de l’autre. Certaines personnes ne se fient qu’aux faits et prennent ainsi une décision cartésienne sans écouter leur intuition, leur coeur. D’autres, au contraire, se basent uniquement sur l’affect sans prendre en compte les faits, la réalité. Leurs décisions risquent donc d’être basées sur des illusions d’où des désillusions en conséquence.

Se poser les 9 questions suivantes lors d’une prise de décision importante (pas pour choisir la couleur de vos chaussettes !) permet de valider au préalable si la décision envisagée est bonne ou pas.

1/ Ce choix me propulsera t-il vers un a venir inspirant ou me gardera t-il prisonnier du passé ?
Le propre d’une décision n’est pas de maintenir et préserver le statut quo. C’est d’aller vers une évolution. Cette question porte la preuve de votre motivation si vous répondez oui à l’avenir inspirant ! Elle vous permet de voir les conséquences d’une décision.

2/ Ce choix me procurera t-il une satisfaction de longue ou de courte durée ?
L’être humain trouve sa motivation soit en cherchant le plaisir, soit en essayant d’éviter la douleur. Exemple : je veux réussir mon bac pour intégrer l’école de mon choix (plaisir), soit pour éviter un conflit avec mes parents (écarter la douleur).

Souvent on prend une décision pour avoir un plaisir sur une courte durée. C’est une satisfaction immédiate que l’on a envie de multiplier. C’est palpable de suite.

Or, si une décision vous procure une satisfaction sur la durée, vous pouvez être sûr que c’est une bonne décision et la motivation s’installe aussi sur le long terme. Si cela ne favorise exclusivement que la satisfaction sur une courte durée, c’est une décision très peu porteuse !

3/ Est-ce que je m’affirme ou est-ce que j’essaie de plaire aux autres ?
Psychologiquement, il y a deux « moi » : le moi dit naturel c’est qui je suis vraiment et le moi dit « adapté » qui correspond à qui je dois être pour me faire aimer des autres.
Si vous prenez une décision uniquement pour être aimé des autres, vous aurez une motivation dite extrinsèque c’est-à-dire dont l’objet est extérieur à vous et lié à votre image. Le problème est que cela ne tient pas dans le temps alors faites plutôt les choses pour vous.

4/ Est-ce que je recherche ce qui va bien ou ce qui ne va pas ?
On prend toujours une décision en fonction des informations que l’on a. Dans celles-ci donnez-vous plus d’importance à ce qui va bien ou à ce qui va mal ?
Exemple : vous êtes en couple dans une période où la relation ne va pas bien. Il y a de petits conflits, une baisse de la passion. Si vous êtes centré sur ce qui ne va pas, vous ne verrez que cela. C’est basé sur le mécanisme humain suivant : nous renforçons ce sur quoi nous nous centrons. Est-ce que par rapport à ma relation de couple, je regarde ce qui ne va pas ou ai-je identifié tout ce que l’Autre m’apporte, fait de bien pour moi, pour notre couple ?

5/ Ce choix contribuera t-il à augmenter ou à diminuer mon énergie ?L'énergie est primordiale pour mener nos projets à bien. Si votre décision entraîne une baisse d’énergie, assurez-vous que cela ne soit que momentané afin de ne pas être épuisé SINON reconsidérez votre décision !

6/ Vais-je utiliser cette situation comme catalyseur pour grandir et évoluer ou vais-je en profiter pour me culpabiliser ?
Autrement dit : Est-ce que cette décision vous permet une belle expression de qui vous êtes ou est-ce que cela va vous tirer vers le bas ?

7/ Ce choix valorisera t-il la réalisation de mon plein potentiel ou contribuera t-il à m’affaiblir ?

8/ Est-ce un acte inspiré par l’amour de soi ou un geste auto-destructeur ?… la réponse à cette question suffit à elle-même pour savoir si c’est une bonne décision, non ?

9/ Est-ce un acte inspiré par la foi (je crois en moi, en mes choix) ou par la peur ?La peur est très mauvaise conseillère alors que si vous avez peur, regardez ce que vous pouvez faire pour ne plus avoir peur.

Si vous répondez à ces questions et selon ce que vous répondez, votre décision sera juste, sera bonne pour vous ! Sur quelle décision, allez vous pratiquer cet auto-questionnement ?

Pour toute inscription sur www.evolysecoaching.com, vous recevrez un document de 10 pages sur l’intelligence décisionnelle !