Recherche personnalisée

5 moyens d'éviter une rupture amoureuse

Je partage avec vous aujourd'hui une nouvelle vidéo sur le thème des relations amoureuses.
Cette vidéo traite de la suradaptation, une des causes les plus fréquentes de rupture amoureuse.
Elles présente aussi 5 moyens à notre disposition pour sortir de ce syndrome douloureux.

Si vous ignorez ce qu'est la suradaptation, je vous invite à visionner la vidéo ci dessous pour prendre connaissance des explications données par la thérapeute Isabelle Thomas.



Commençons par l’adaptation. L’adaptation est un processus instinctif que nous adoptons dès la toute petite enfance : dans le but de plaire à nos parents, que nous considérons alors comme le centre de notre univers, nous allons peu à peu nous modeler à leur image, rogner nos envies et nos besoins, pour les satisfaire ou pour satisfaire l’image ou les attentes qu'ils ont à notre endroit.

C’est un processus très puissant et très long, qui prend racine très loin dans la petite enfance, et qui participe à construire notre personnalité. Plus tard, nous extrapolons ce processus, de la famille d’origine, à la « famille » sociale. Nous nous adaptons pour ne pas heurter les autres, nous nous comportons gentiment, poliment, etc. C'est un processus universel qui a ses bons côtés – pouvoir fonctionner en société, s’intégrer à un groupe, être accepté par autrui, se faire des amis.

Mais lorsqu’elle est trop intense et que nous en venons à nous oublier, à renier notre personnalité pour nous plier aux rôles sociaux ou aux images de nous qui ne sont « pas nous », il s'agit de suradaptation et celle-ci est toxique.


Se suradapter dans le couple, c’est répondre aux attentes de notre partenaire et même devancer ses demandes, afin d’obtenir son amour, son approbation, ou encore afin d’éviter un conflit ou une tension. Pour être tranquille, nous renonçons à nos envies, nos façons de faire et d’être, nos besoins de solitude, etc.
Ex. de suradaptation :
*se forcer à faire l’amour pour faire plaisir à l’autre alors que tout en vous dit « non »
*Jouer au petit ami/à la petite amie parfaite alors que « le cœur n’y est pas ».
*Renoncer à vos besoins de solitude par peur de blesser l’autre
*Renoncer à une sortie prévue avec vos ami(e)s car votre partenaire vous a fait du chantage pour ne pas rester seul-e.
*Vous comporter comme un sauveur et porter toute votre attention à satisfaire les besoins de l’autre, pour « l’aider » ou pour « le/la rendre heureux(se) ».

La suradaptation est le stade toxique du compromis !


Elle n'est pas viable à long terme; le couple va exploser tôt ou tard. Celui qui se suradapte s'aliène, voit ses besoins non nourris et son identité non reconnue ; son estime de soi va DONC baisser. Il va ressentir une grande colère intérieure, liée à une frustration. Il aura de la rancœur envers son partenaire car il mesure la taille de ses efforts (immense, puisqu’il se renie !), à celle des efforts de son partenaire et en arriver aux reproches. ("j’ai fait ça/ renoncé à ça, tu pourrais être reconnaissant !").
L'autre se sent d'abord compris, comblé ; mais peu à peu, il va sentir « au flair » la colère, la tension, la frustration du suradapté.
Ce gâchis se fonde sur des malentendus de part et d’autre :
Le suradapté : « On ne peut pas m’aimer si je reste moi-même, donc je m’adapte à mon partenaire / je me sens pas moi-même, je ne suis pas nourri par cette relation, je suis frustré ».
Le partenaire : « je lui en veux de ne pas avoir été authentique, je me sens trompé/trahi : il a fait des choses à contrecœur alors que je croyais qu’il avait du plaisir. Il ne m’a pas fait confiance /Ses reproches sont injustes ».


Techniques pour enrayer le mécanisme de suradaptation :
1/ Se connaître soi même ; se connecter à ce que l’on sent vraiment dans son cœur, et dans son corps (pas dans sa tête) ! Si c’est « non », on dit « non » !
2/ Faire une liste des choses que l’on ne supporte pas et que l’on se laisse endurer « pour faire plaisir à l’autre ». Choisir un élément par jour et s’affirmer au contraire de ses habitudes.
3/ Se montrer tel que l’on est, avec ses goûts, ses envies, sa personnalité. Aimer notre personnalité.
4/ Communiquer !! : Dire à l’autre « tu sais, quand tu as ….je me suis senti…. » « Tu sais, je préfère…. »
5/ Apprendre à dire non

Vous aurez alors mis toutes les chances de votre côté d'avoir une vraie relation de couple, authentique, épanouie, et qui n’a pas de risque de s’effondrer.


Si vous reconnaissez souffrir de dépendance affective,  je vous propose de découvrir 4 exercices à pratiquer régulièrement pour sortir de la dépendance affective.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :